Le 7ème continent

tortue de mer

On commence de plus en plus à en entendre parler des dommages que les déchets de plastiques ont sur notre planète, plus précisément dans nos océans. Certains se sentent concernés et changent leurs habitudes, d’autres n’en font rien. C’est malheureusement plus de 1 800 milliards de déchets plastiques qui polluent présentement les océans. Au fil des années, ils se sont agglomérés en une monstrueuse masse qui ne cesse de s’étendre en plein Pacifique. Une étude publiée le 22 mars 2018 montre que ce continent flottant s’étale sur une surface équivalente à trois fois celle de la France. On l’appel maintenant le 7ème continent.

Cette masse s’étale sur 1,6 million de km² dans l’océan Pacifique et se situe à mi-chemin entre Hawaï et la Californie.

C’est selon une étude de l’organisation Ocean Cleanup publiée dans la revue Scientific Reports que l’on apprend que l’ampleur du phénomène de concentration des déchets dans les océans est beaucoup plus étendu qu’on ne l’imaginait. Jusqu’à 16 fois plus. Si ces détritus flottants devaient être ramassés, il en ressortirait une masse de 80 000 tonnes.

Une grande menaces les écosystèmes marins

Ces débris de la vie terrestre se dégradent extrêmement lentement et présentent une menace potentielle pour les écosystèmes marins ainsi que pour la santé humaine. La menace la plus directe est la mort par asphyxie de grands prédateurs, comme les tortues, les oiseaux de mer ou les mammifères marins, qui peuvent confondre les sacs plastiques avec des proies.

Une autre menace moins connue mais tout aussi importante est l’intoxication. Bien que les plastiques présentent une grande résistance au vieillissement dans l’environnement, sous l’action du rayonnement solaire, par oxydation et par abrasion dans l’eau de mer, ils se dégradent et sont réduits en petits morceaux. Ils finissent par former des micro-plastiques caractérisés par une taille inférieure à 5mm. Ces grains de plastique agissent comme des éponges, fixant de nombreuses toxines. Ces polluants véhiculés par les plastiques sont ingérés par la faune marine. Certains ont la propriété de s’accumuler dans les organismes qui les consomment et peuvent avoir des conséquences sur la santé de ces animaux et celle de leurs prédateurs, dont l’homme.

Source:

http://www.notre-planete.info/actualites/actu_1471_continent_dechets_pacifique_nord.php