La COVID-19 dans l’air: Les experts sonnent l’alerte!

C’est cette semaine qu’un groupe de 239 scientifiques internationaux ont fait pression sur les différentes autorités de santé de la planète, mais particulièrement L’OMS (Organisation mondiale de la Santé), afin qu’ils reconnaissent que le SARS-CoV-2 responsable de la maladie Covid-19 peut se propager dans l’air et ce, bien au-delà de deux mètres de distance. 

Ce message, visait directement l’OMS, le groupe de scientifiques voulaient sensibiliser l’organisation puisque ceux-ci avaient tardé à recommander le port du masque et à reconnaitre le fait que la propagation du virus pouvait se faire dans l’air ambiant par de minuscules microgouttelettes de moins de cinq microns de diamètre.

L’OMS et d’autres organisations sanitaires ont déclaré que la Covid-19 était principalement transmise par les éternuements et postillons reçus directement au visage de gens à proximité ou qui ont atterri sur des surfaces, ensuite touchés par les gens. Voilà pourquoi, la recommandation du lavage de main, port du masque et distanciation sociale avait été faites.

Cependant, après avoir analysé d’autres études sur le SARS-CoV-2, le groupe de 239 scientifiques suspecte que les gouttelettes microscopiques parmi les plus petites peuvent rester en suspension dans l’air pendant plusieurs heures et flotter dans les espaces clos comme les bureaux ou être aspirées par les systèmes de ventilation. Bien que cela n’est pas été clairement démontré, cette possibilité n’a pas été rejeté et tant que cela n’est pas fait on doit considérer c’est fines gouttelettes comme un facteur de risque potentiel. C’est pou cette raison le groupe d’experts recommande aussi une ventilation vigoureuse des espaces publics intérieurs avec un apport d’air frais important.

« La transmission par l’air du SARS-CoV-2 n’est pas universellement acceptée; mais notre opinion collective est qu’il existe bien assez d’éléments probants pour appliquer le principe de précaution », disent les scientifiques.

Les scientifiques Lidia Morawska de l’université de Queensland (Australie) et Donald Milton de l’université du Maryland, ont écrit dans la revue ClinicalInfectiousDiseases « Il existe un potentiel important de risque d’inhalation de virus contenus dans des gouttelettes microscopiques (microgouttelettes) à des distances courtes et moyennes (jusqu’à plusieurs mètres, de l’ordre de l’échelle d’une pièce), et nous prônons le recours à des mesures préventives pour empêcher cette voie de transmission aérienne ».

Selon le scientifique, Julian Tang de l’université Leicester, l’OMS n’a aucunement prouvé l’inverse c’est à dire que cette voie aérienne ne joue pas un rôle dans le processus de contagion, mais selon lui : « L’absence de preuve, n’est pas une preuve d’absence. »

Les chercheurs soulignent qu’il est impératif d’équiper les lieux publics de meilleurs systèmes de ventilations munis de filtres à air plus sophistiqués et des rayons ultraviolets qui peuvent éliminer les bactéries.

Sources : Apple News : Le Covid-19 peut-être transmis par l’air, avertissent des experts mondiaux

Cet article est une gracieuseté du département d’éducation continue d’OClair Environnement